Aide aux personnes de la rue à Paris

 

Patrick Giros, puis à sa suite les bénévoles et les salariés de l’association, se sont laissés interpeller par les personnes rencontrées dans la rue. En réponse aux besoins exprimés par ces personnes, l’association a mis en place des actions pour accompagner la personne dans son intégralité : un travail de rue régulier, avec un accompagnement social global est proposé dans le cadre de permanences d’accueil, poursuivi par des programmes de dynamisation et une proposition d’hébergement.

L’association Aux captifs, la libération dispose aujourd’hui de 6 antennes à Paris, réparties sur dix arrondissements, d’un siège et d’un Centre d’Hébergement de Stabilisation.

 

Maraude dans les rues de ParisMaraudes : rencontrer les personnes de la rue «les mains nues »

Avec plus de 1570 tournées-rue ou maraudes à Paris réalisées en moyenne chaque année par nos équipes de salariés et bénévoles, l’association a pour principale vocation d’aller vers les personnes, « les mains nues ». Ces tournées-rue régulières, de jour comme de nuit, permettent à la personne rencontrée, sans abris ou personne prostituée, de se confier. Se construit au fil des mois une vraie relation, point de départ d’un accompagnement avec une attention globale à la personne.

 

 

Permanence d'accueil pour SDF ©Géraud BosmanPermanences, accueils et séjours : l’accompagnement global

Cet accompagnement global est réalisé par des équipes de bénévoles et de travailleurs sociaux professionnels, lors de temps de permanences et d’accueils de jour, de séjours de rupture et de programmes de dynamisation. C’est dans l’objectif d’offrir aux personnes de la rue un chemin vers l’insertion sociale que l’association met en place un accompagnement de l’intégralité de la personne :

  • Sur le plan sanitaire et social : les équipes proposent notamment une domiciliation administrative, un accès aux droits sociaux, une aide à l’hébergement, une aide juridique, une insertion professionnelle… Elles travaillent en partenariat avec les structures de santé locales et spécialisées.
  • Sur le plan culturel : la culture étant un levier majeur dans laquelle la personne exclue se révèle, les Captifs organisent des ateliers artistiques et des visites.
  •  Sur le plan spirituel : l’association propose, dans le respect de la liberté de chacun, des temps de partage et de prière, des séjours spirituels, des pèlerinages, permettant d’abreuver la soif intérieure des participants.

 

Coloc Solidaire dans le XVè arrondissementLa colocation solidaire : le centre d’hébergement de stabilisation Valgiros

Offrir les conditions nécessaires pour sortir de l’exclusion, se reconstruire et trouver une nouvelle autonomie : la colocation solidaire Valgiros située dans le 15è arrondissement à Paris, est un lieu de vie, de rencontres et de partage des joies et peines du quotidien. Y cohabitent 21 personnes ayant connu la rue et 11 bénévoles. Une équipe de travailleurs sociaux accompagne les résidents et anime ce vivre ensemble. Un pari audacieux qui ouvre un chemin de réconciliation avec soi-même et avec les autres, au-delà des différences.

 

 

Témoignage avec les SDFTémoignages et médiation sociale

Pour aider à changer le regard que nous portons sur les personnes exclues, l’association Aux captifs, la libération, cherche à sensibiliser la société à ses dysfonctionnements et à interpeller les instances publiques. Elle développe une action de médiation sociale, ouvrant un dialogue entre les exclus et les « inclus ». Elle organise des rencontres avec les pouvoirs publics et les écoles, mais également des conférences et colloques, en donnant la parole aux « sans voix ».

 

 

Pour en savoir plus sur l’association et ses missions :