25 janvier 2019: concert « L’Autre Saison »

L’association « Les Margéniaux », avec le collectif d’artistes Les Dissonances, sous la Yan Levionnoisdirection de David Grimal, offre des concerts de musique classique au profit des personnes de la rue. Aux captifs, la libération bénéficie d’une partie des dons collectés. Les concerts ont eu lieu à l’Eglise Saint Leu Saint Gilles (92 rue Saint Denis – 75001 Paris) et l’entrée était libre. Une quête était proposée durant le concert. 

Le prochain concert de la saison 2018-2019 aura lieu le vendredi 25 janvier 2019 à 20h avec une carte blanche au violoncelliste Alain Meunier, et à la pianiste Anne Le Bozec.

Fin 2003, après un émouvant concert de Noël, une belle idée germe dans l’esprit de David Grimal : partager la musique classique avec les plus démunis. En 2010, les concerts se multiplient et donnent naissance à l’Autre Saison des Dissonances. Conçue comme une série de cartes blanches, l’Autre Saison programme des artistes de divers horizons. Grâce à la générosité des artistes et des spectateurs, l’Autre Saison a permis d’aider des centaines de personnes à sortir de la rue.

 

Voir l’agenda complet de la saison 2018-2019

26 janvier 2019: Formation « Accueillir le frère »

Repas SDF ©Sophie Brandstrom

Dans le cadre des Rendez-vous de l’École Cathédrale, six intervenants nous invitent à réfléchir à discerner, à nous enrichir et à agir en Église et dans la cité.

L’arrivée des migrants et des réfugiés alimente régulièrement l’actualité médiatique et politique. Elle déstabilise les modes de vie d’une société dont l’organisation repose sur la sédentarité et l’individualisme. Pourtant les migrations ne datent pas d’hier et elles ne sont pas un phénomène temporaire. L’arrivée de migrants suscite des débats, nous demande de faire des choix, interroge les chrétiens pour lesquels l’accueil du migrant, de l’autre, est un devoir de charité qui passe par la rencontre avec l’étranger. Depuis toujours l’Église reconnait le droit à la mobilité aux hommes et femmes.

 

Pour la 1ère séance de l’année, samedi 26 janvier à 9h30, Luca Marin, directeur du CIEMI (Centre d’Information et d’Etudes sur les Migrations Internationales) sera l’intervenant de ce 1er rendez-vous au Collège des Bernardins sur le thème : « La migration d’aujourd’hui. Qui est «un migrant » ? Quelles sont les problématiques principales et cruciales des migrations internationales ? »

 

Téléchargez le programme des 6 séances,  et inscrivez-vous sur ce lien

 

 

27 janv. 2019: Art, Fragilité, Liberté aux Bernardins

Théâtre aux Captifs

Le Collège des Bernardins et le Vicariat pour la Solidarité, proposent ce spectacle mêlant musique, danse, théâtre et poésie. Il réunira des artistes dont la plupart sont confrontés à des situations de fragilité, témoignant ainsi des liens entre art, dignité, dialogue et liberté. 

 

Les Captifs y prendront part avec notre Compagnie théâtrale les Escales Ailleurs , nous vous donnons donc rendez-vous au Collège des Bernardins le dimanche 27 janvier 2019 à 15h dans la nef !

 

 

« Les Bernardins offrent une scène aux plus fragiles pour qu’ils manifestent aux yeux de tous combien l’expression artistique contribue à la restauration des corps, à la communion des cœurs, à la manifestation de l’inaliénable dignité de l’homme ouvert à la beauté. « Quand je suis faible, c’est que je suis fort » (2 Co 12, 10). Que ce paradoxe de l’apôtre Paul nous donne à méditer et soutienne notre espérance ».

Mgr Michel Aupetit, Archevêque de Paris.

 

Avec notamment Jean-Michel Alhaits, basson, Delphine Bardin, piano, Chœur d’enfants Résilience (dir. Armelle Bugand), Compagnie Les Toupies, Compagnie Escale Ailleurs, Sylvie Germain, écrivain, François-Régis de Guéniveau, écrivain, Khaled Miloudi, poète.

Présenté par Aude Siméon.

 

En entrée libre dans la mesure des places disponibles.

Priez avec nous sur Hozana

Nous venons de créer une communauté de prière sur le site Temps de prière aux CaptifsHozana, et nous serions ravis de vous y retrouver ! 

 

Hozana est une association qui permet à chacun d’aider ses frères et de se rapprocher de Jésus, par la création d’une vaste communauté de prière autour de propositions spirituelles (intentions, méditations, formation à la prière, etc.). 

 

Retrouvez notre communauté de prière en cliquant ici !

Chaque lundi à 17h, nous y publions soit des actualités relatives à l’association, des paroles de la rue, des citations de notre fondateur Patrick Giros et bien d’autres choses. Rendez-vous donc, lundi prochain ! 

Campagne de Noël 2018

Chaque année au début de l’Avent, nous lançons notre campagne de Noël, et cette année encore, les personnes accueillies ont besoin de soutien.

Pour nous aider, vous pouvez faire un don en ligne ici

Merci de votre précieuse aide.

 

Noël reste une période très sensible pour les personnes que nous accueillons. Chaque antenne de l’association organise un grand repas de Noël avec les personnes qu’elle accompagne, pour que Noël soit un temps de partage et de fraternité. Ensemble, tout simplement. 

 

11 déc. 2018: Réunion des futurs bénévoles

Bénévolat association ©Géraud BosmanAfin d’améliorer notre processus interne de « recrutement » des bénévoles, nous avons mis en place une réunion d’information à destination de toutes les personnes désireuses de devenir bénévoles aux Captifs. 

Ces réunions ont lieu une fois par mois de 19h30 à 21h au siège de l’association (8 rue Gît-le-Coeur – 75006 Paris). 

La précédente réunion a eu lieu le 19 septembre 2018.

 

Voici la date de la prochaine réunion :

  • mardi 11 décembre 2018

 

Au programme : présentation de l’association et des missions de bénévolat,  vidéo, témoignages, temps d’échange et de questions, apéritif. 

Contact et inscription: benevolat@captifs.fr

Pour en savoir plus, visitez nos pages sur le bénévolat

 

Zéphyr : les Captifs participent à un record du monde !

Mongolfière record du monde Zéphyr, c’est un ballon révolutionnaire puisqu’il est habitable mais également capable de voler sans interruption ! Du jamais vu et un projet extrêmement novateur, qui soutient 3 associations : Zebunet, La Guilde et Aux captifs, la libération, et auquel les femmes de l’atelier couture Bakhita ont participé.

Grâce au soleil, le ballon peut voler et ne laisse aucune trace dans l’atmosphère et donc aucune pollution, ce qui permet de récolter des données scientifiques, qui étaient jusqu’ici totalement hors de portée. Cet été, Zéphyr va effectuer le vol le plus long de l’histoire et donner vie à une aventure extraordinaire : portés par les vents, deux pilotes passeront 30 jours sans escale, suspendus entre 100 et 8000 mètres au-dessus de l’Europe, de l’Arctique et de l’Amérique !

Si ce ballon pourra bientôt voler, c’est en grande partie grâce au travail des femmes de l’atelier couture Bakhita, qui ont réalisé puis cousu sa partie inférieure. Le vol d’essai et le décollage, qui ont eu lieu à Pâques, furent d’ailleurs un grand succès !

Bon vol !

Pour suivre leurs aventures c’est ici.

 

En librairie: « De la rue au monastère »

Paru le 4 avril 2018: « De la rue au monastère » par Alexandre Duyck

 

La rencontre improbable entre des prostituées de Paris et des moines du sud de la France : un récit bouleversant, rempli d’humanité

De la rue au monastère - Alexandre DuyckAlexandre Duyck est bénévole aux Captifs dans notre antenne Saint-Leu Saint-Gilles (Paris 1er). Le livre « De la rue au monastère » paru le 4 avril aux Editions Bayard raconte la rencontre la plus improbable qui soit. Celle de femmes se prostituant rue Saint-Denis à Paris et d’hommes vivant reclus dans l’abbaye d’En Calcat dans le département du Tarn. Il dévoile la force de ces séjours passés tous ensemble où les femmes peuvent se raconter comme jamais auparavant. Cet ouvrage montre leur capacité à se retrouver en tant que femmes et non plus en tant que « prostituées ». Après avoir connu le pire (comme l’esclavage sexuel), elles retrouvent auprès des moines, intégrité et dignité.
On découvre aussi des personnages inoubliables, comme soeur Solange, bénévole de l’association Aux Captifs, la Libération, qui depuis des années emmène des prostituées au monastère, y compris des transexuelles. « Avec nous, elles retrouvent une relation saine avec des hommes et ceci constitue notre plus grande joie » résume Frère Daniel.

Écrit comme un journal de bord, ce récit étonne et bouleverse.

 

 

Acheter le livre

 

« Un jour, une femme a dit à Solange: ‘Dans la rue, quand je me prostitue, je vis à côté de mon corps. Ici, chez les moines, j’ai retrouvé mon corps’. »

18 nov. 2018 : Journée Mondiale des Pauvres

Un pauvre crie, le Seigneur entend

Le 18 novembre 2018 et pour la deuxième année consécutive, a eu lieu la Journée Mondiale des Pauvres. 

 

C’était en 2016, à la suite de Fratello et en conclusion du jubilé extraordinaire de la miséricorde, que le Pape François invitait l’Eglise à vivre et à célébrer la Journée Mondiale des Pauvres. 

Cette année, le Saint-Père souhaitait que cet événement soit un moment privilégié pour l’évangélisation. Dans son message pour la deuxième Journée Mondiale des Pauvres, il a écrit, à la suite de Saint-Vincent de Paul (1581-1660) : « Les pauvres nous évangélisent, en aidant à découvrir chaque jour la beauté de l’Evangile. Ne passons pas à côté de cette occasion de grâce ». 

Les Captifs, cette année encore, se sont mobilisés autour de cette journée. Dimanche 18 novembre, ils ont participé à l’organisation du rassemblement diocésain qui était présidé par Mgr Aupetit, et a eu lieu à la paroisse Saint-Eustache.

 

Suivez toute l’actualité de la JMP 2018 sur la page du Diocèse de Paris. 

 

 

 

« A la base de nombreuses initiatives qui peuvent se réaliser lors de cette journée, qu’il y ait toujours la prière », Pape François le 13 juin 2017.

13 oct. 2018 : Les Captifs sur TF1

Rendez-vous exceptionnel !

 

Samedi 13 octobre, vous avez suivi une de nos équipes de tournées-rue auprès des personnes en prostitution dans l’émission Grands Reportages : « Les secrets du bois de Boulogne » à 13h30 sur TF1.

 

Résumé de l’émission : 

Les 850 hectares du bois de Boulogne offrent une grande diversité de paysages : une forêt, une roseraie, des lacs, des clairières, deux hippodromes et des restaurants gastronomiques. Ce poumon vert de la capitale, ancien terrain de chasse des rois de France, est arpenté par des joggers, des promeneurs, des amoureux et des familles. Mais il est aussi un lieu de la prostitution parisienne. Une équipe a plongé dans les coulisses du Bois en compagnie de celles et ceux qui le font vivre.