Association chrétienne

Association caritative à Paris, Aux captifs, la libération est  une association humanitaire parisienne qui porte sur toute personne un regard fondé sur l’anthropologie chrétienne. Mêlant à la fois inspiration chrétienne et action professionnelle, l’association travaille en étroite collaboration avec le Diocèse de Paris et les paroisses où sont situées ses antennes locales.

 

Prier avec les personnes excluesDans l’Evangile : « Annoncer aux captifs la libération »

Le nom « Aux captifs, la libération » trouve son origine dans la Parole de Dieu et le texte biblique d’Isaïe au Chapitre 6 1,1, repris dans l’Evangile de Saint Luc au Chapitre 4, 18, où Jésus dit qu’il vient « annoncer aux captifs leur libération ». Ce verset indique – et le nom de l’association le rappelle – que seul le Christ est le véritable libérateur. Les « captifs », ce sont les personnes captives de la rue, de la drogue, de l’alcool, de la prostitution, de la maladie mentale…mais aussi toute personne captive du péché.

 

 

Les exclus sont aussi le reflet de notre société et de nos dysfonctionnements collectifs et individuels. Ils révèlent nos propres captivités. Ils sont donc un appel à s’interroger sur les liens que nous entretenons avec la consommation, l’argent, le sexe, les relations, le corps, le travail… Dans ce sens, nous portons tous des captivités, c’est-à-dire des lieux de nous-mêmes appelés à être libérés, des lieux qui ne donnent pas la vie, voire qui conduisent à la mort. Les membres de l’association ont à reconnaitre leurs propres pauvretés. A tel point qu’à l’usage, ils sont eux-mêmes appelés « les captifs ». 

 

 

Ecoute et accompagnement inconditionnelGratuité – Fidélité – Inconditionnalité – Intégralité : nos valeurs

Les valeurs des Captifs prennent racine dans la conviction de la valeur de chaque personne humaine et de sa dignité. Cette dignité n’est pas liée à sa situation, son apparence ou ses ressources. Elle est fondamentalement inscrite en elle et de façon indélébile car toute personne est créée à la ressemblance de Dieu. Quelles que soient ses parts d’ombres et de lumières, dans le projet des Captifs, une personne est à rencontrer gratuitement, fidèlement, inconditionnellement, dans toutes ses dimensions.

 

 

Injustice spirituelle et intégralité de la personne Intégralité de la personne et injustice spirituelle 

Le projet de l’association s’efforce de prendre en considération toutes les dimensions de la personne. Une attention toute particulière est portée à la dimension spirituelle de la personne, à ses questionnements existentiels, à la recherche de sens dans son existence. Le Père Patrick Giros avait très vite dénoncé ce qu’il appelait l’injustice spirituelle. Selon lui, la dimension spirituelle de l’homme est complètement niée chez les plus pauvres, en particulier dans l’approche sociale. C’est pourquoi il dira que c’est à l’Eglise de prendre en compte les âmes et de les nourrir. Le travail de l’association s’inscrit dans les principes de la Doctrine Sociale de l’Eglise. L’association porte une attention toute particulière aux vies de figures et témoins de l’Eglise, source d’inspiration pour ses salariés et ses bénévoles au quotidien.

 

L’expérience de l’association montre que la prise en compte de la dimension spirituelle est un levier majeur de dynamisation de la personne de la rue. L’association propose, dans le respect de la liberté de chacun, des temps de partage, des pèlerinages, des célébrations, des retraites permettant d’abreuver la soif intérieure des participants.

 

Pour en savoir plus sur l’association chrétienne Aux captifs, la libération :