Formation de SDF et ateliers

A côté des séjours de rupture loin de la rue et loin de Paris, l’association Aux captifs, la libération propose tout au long de l’année des ateliers de formation aux personnes accompagnées. Certains ateliers sont ouverts à tous, de manière inconditionnelle (presse, expression artistique à l’ESI). La plupart répondent à des besoins spécifiques et sont proposés à certaines personnes en particulier (art thérapie pour les personnes sans abri et en situation de prostitution). L’objectif des ateliers est toujours de faciliter et permettre un éveil en profondeur de la personne; ils font partie intégrante de nos propositions de dynamisation de la personne.

 

« Dans l’atelier, cette personne a découvert un espace-temps approprié pour non seulement accueillir ses fictions mais surtout les construire sérieusement avec des fondations, des murs, des fenêtres… »

 

Atelier art-thérapie

 

IMG_4878Bénédicte Stalla-Bourdillon est art-thérapeute au sein d’Aux captifs, la Libération et a été en charge du projet « Habiter chez soi ». Elle anime des ateliers à médiation artistique et prépare de nouveaux projets pour les personnes alcoolo-dépendantes, dans le cadre de l’espace Marcel Olivier qui ouvrira prochainement.

« L’art thérapie est une proposition d’expérience, pas d’un savoir. A la différence d’une psychothérapie, le sens de l’expérience en art thérapie pour chaque participant ne se situe pas dans son passé, c’est-à-dire ses souvenirs, ses traumatismes ou ses errances, mais dans son futur. Même si l’art-thérapeute a une formation en psychopathologie, à aucun moment, elle n’interprète ou diagnostique une pathologie à partir de la production (peinture, sculpture, personnage joué…) de la personne. En fait, ce n’est pas le contenu qui l’intéresse mais la mise en forme de la production car l’art-thérapeute est aussi artiste. En art-thérapie, nous faisons l’hypothèse que la personne en difficulté se mets en création telle qu’elle est, avec toute sa vie, et nous lui proposons de prendre soin d’elle-même par « la création » de son œuvre, et par résonnance, d’elle-même. C’est une démarche plutôt individuelle.

 

Au sein d’Aux captifs, la libération, le mouvement de prendre soin des autres est présent depuis l’origine et il s’est développé grâce à plusieurs approches, certaines groupales, et avec des médiations ; par exemple, les séjours de dynamisation, le sport ou les visites. C’est le soin par « le faire », par l’activité. A l’hôpital, on parlerait d’ergothérapie. Parfois, les médiations sont artistiques : atelier d’apprentissage de la peinture à l’huile, comme à Valgiros.

Ce qui fait la différence entre un atelier à médiation artistique et un atelier art-thérapeutique, c’est le regard de l’art-thérapeute. Ce regard va donner à la personne les moyens de se transformer elle-même par le truchement de sa production et dans sa production.

 

répétitions (2)Je me souviens d’une personne à la rue que j’ai accompagnée pendant 9 mois avec le théâtre d’ombres et qui, petit à petit, a complètement changée. Aujourd’hui, elle est sortie de la rue. C’était une personne qui avait une vie imaginaire très riche mais on ne savait jamais trop si elle était dans un rêve éveillé ou dans la réalité, ce qui pouvait la mettre en difficulté dans ses relations quotidiennes et dans son suivi social. Dans l’atelier, cette personne a découvert un espace-temps approprié pour non seulement accueillir ses fictions mais surtout les construire sérieusement avec des fondations, des murs, des fenêtres… et petit à petit se laisser travailler par une fiction. Il y a eu un renversement. Elle me disait « Je me sens moins énervée », « Je ne fais plus de cauchemar », « Je supporte mieux la relation à l’autre », « Je supporte mieux de rester toute une journée à l’intérieur ». Toutes ces réflexions n’avaient pas de lien direct avec l’histoire qui la faisait travailler mais par l’accompagnement dans le lâcher-prise de la création, elle s’était remise en mouvement et elle a retrouvé des ressources en elle-même. »

 

Pour en savoir plus sur les programmes de dynamisation au sein des Captifs: