Maraudes à Paris: « Aller vers » dans la rue

« Aller vers les personnes de la rue en étant envoyé par l’Église » : telle est l’objectif fondamental des maraudes à Paris organisées dans le cadre des actions humanitaires de l’association diocésaine Les Captifs.

 

SDF à Paris ©esprit-photo.comLes Captifs, ce sont plus de 1570 tournées rues par an, soit 130 maraudes par mois en 2014 à Paris. La diversité des tournées rues de l’association prend en compte deux publics : les personnes prostituées et les sans-abris. En 2014 ont ainsi été réalisées :

  • 688 maraudes avec plus de 1100 personnes en situation de prostitution rencontrées et identifiées à Paris, dans les bois de Boulogne et de Vincennes. Le temps d’échange entre le bénévole et la personne rencontrée prédomine désormais lors de certaines maraudes, dont les parcours sont plus courts, mais à durée rallongée.
  • 865 maraudes et plus de 1260 personnes sans abri rencontrées (sans compter les contacts anonymes) : l’objectif ici est d’effectuer moins de tournées rues, mais avec plus de personnes rencontrées.

 

Cette même année, deux nouvelles tournées-rues ont été lancées par les équipes bénévoles :

  • dans les paroisses St Jacques du Haut Pas (5è arrondissement): ces maraudes sont destinées aux personnes sans abris
  • dans la paroisse St Honoré D’Eylau (16è arrondissement), maraude à la rencontre des personnes prostituées

L’association apporte ainsi un appui aux paroisses qui souhaitent réaliser des maraudes auprès des personnes exclues. 

 

Maraude en gare du Nord © Dominique VigerDes maraudes « les mains nues »

Initiées par le Père Patrick Giros, également fondateur de l’association, les maraudes ou « tournées-rues » sont désormais courantes dans de nombreux organismes caritatifs. Aux captifs, association tournée vers l’action, la volonté initiale de Patrick Giros est d’aller « les mains nues », c’est-à-dire sans apport matériel immédiat, à la rencontre de toutes les personnes vivant dans la rue, sur leur territoire de vie. La mission des bénévoles se joue ainsi sur les échanges et les relations de fidélité, ainsi que la  présence auprès des SDF, bienfaisantes pour les deux parties : le bénévole et la personne dans le besoin. Ces tournées aboutissent pour certains à des entrées en parcours de soin pour sortir de la dépendance à l’alcool ou améliorer leur santé, à une situation plus stable sous un toit, un travail, etc.

 

Jeune de la rue à ParisRepères pour l’action

Le premier besoin d’une personne en situation d’exclusion est de reprendre confiance, non seulement en elle, mais également dans les personnes qui se proposent de l’aider. C’est le premier objectif des tournées-rue effectuées de façon régulière sur des territoires identifiés. Nos repères pour l’action nous permettent de rester fidèles à la mission première de l’association : la rencontre gratuite et durable. Ce n’est qu’à travers cette forme de présence que la personne pourra retisser progressivement un lien de confiance et s’inscrire dans une démarche d’insertion.

 

Maraude à ParisMaraudes et dispositifs sur le secteur parisien

Aux captifs, la libération organise des maraudes d’interventions sociales. De nombreuses associations  maraudent de jour et de nuit (maraudes d’évaluation et d’orientation, maraudes spécialisées, maraudes bénévoles…) dans les différents arrondissements parisiens. Il existe un dispositif de la DRIHL (Direction Régionale et Interdépartementale de l’Hébergement et du Logement) pour la coordination des maraudes qui a été mis en place en 2009 et co-financé par la Ville de Paris.

 

Découvrez ici la carte de coordination des maraudes à Paris.

 

 

Pour en savoir plus sur les actions de l’association :